avril 17, 2021

Un bilingue qui a-appris une langue dans sa petite enfance et une autre comme langue étrangère s’est d’abord construit un système. Par la suite, il se construit un autre système et, quand il change de langue, il n’active pas des modules à l’intérieur d’un système unique, mais passe d’un système à un autre. Si l’une de ces langues est dominante, toute une partie du traitement linguistique s’effectuera toujours dans l’une des langues, et la seconde s’active seulement aux niveaux superficiels de production ou de compréhension. Dans les cas extrêmes, la seconde langue n’intervient que comme insertion de formes phonologiques dans des agencements préalables de sons et de sens. Le premier à avoir tenté de conceptualiser ces différences fut Weinreich. Il distingue trois formes de bilinguisme composé, coordonnée ou subordonnée.

Par la suite, Ervin et Osgood ne distinguent plus qu’entre composé et coordonné. Ils considèrent le troisième type comme un cas mixte. C’est la façon dont les langues s’acquièrent qui se considère comme déterminante. On se trouvera devant un bilinguisme coordonné quand les langues s’acquièrent dans des environnements différents; par exemple chez ses parents puis à l’étranger. Tous les autres cas mènent au bilinguisme composé. De ce point de vue, il est possible que, chez un bilingue, une partie du lexique soit composée et une autre coordonnée. Ces différentes formes d’acquisition mènent à des formes différentes de représentation sémantique. Puis, la distinction entre les deux types de bilinguisme a été réinterprétée à plusieurs reprises. Cette distinction embrasse des éléments très différents.

le bilinguisme

Eléments de distinction des formes de bilinguisme

  • Le mode de constitution. On admet souvent que l’acquisition des deux langues dans le même environnement, comme c’est le cas habituel dans l’acquisition initiale bilingue, mène au bilinguisme composé. Alors que d’autres formes d’acquisition mènent au bilinguisme coordonné.
  • La caractérisation linguistique. Nous avons parlé plus haut d’un système avec des composantes variables opposé à deux systèmes relativement indépendants. Il est difficile de fournir une caractérisation linguistique plus précise, même s’agissant du lexique; sur lequel portent la plupart des recherches. La représentation “un sens-deux représentations phonétiques” est déjà en elle-même très problématique; car le lexique d’une langue doté d’une structure interne ; le sens d’un mot provient de sa relation aux autres mots dans cette langue.
  • La réalisation neurophysiologique. Dans le bilinguisme coordonné, les connaissances des deux langues peut-être stockées autrement que dans le cas du bilinguisme composé. On pourrait par exemple imaginer que la ou les premières langues s’engrangent dans l’hémisphère gauche du cerveau, mais les langues étrangères dans l’hémisphère droit. Des hypothèses de ce genre à nouveau discutées intensivement dans la dernière période.

On ne peut pas exclure que la distinction entre composé et coordonné touche un point important. Mais elle est si imprécise qu’elle a suscité jusqu’ici plus de confusion que de progrès.

Dominance et spécificité des formes de bilinguisme

The post Les formes de bilinguisme et le retard d’acquisition appeared first on Institutrice.com.

The post Les formes de bilinguisme et le retard d’acquisition first appeared on ProcuRSS.eu.